Lectures de la perversion au féminin

Gillie Claire

Le lexique hésite à désigner la perversion au féminin, et s’affole devant les figures cliniques qu’elle convoque, le plus souvent rangées du côté de l’hystérie : paraphilie, anorexie, pa- thomimie, syndrome de Münchausen, de Lasthénie de Ferjol, mythomanie, érotomanie, etc. D’autres figures littéraires, artistiques, historiques et politiques viennent secouer de façon récurrente les représentations sociales du féminin : femme serpent, dame de fer, diabolique, sorcière, criminelle, humoriste, Domina, etc. Pourtant la mauvaise rencontre avec la pulsion, et les distorsions et Abirrungen (aberrations) qu’elle implique n’est pas que l’apanage du masculin. Les formations de l’inconscient révèlent une hyperactivité dévolue à la perversion psychique chez le névrosé : la névrosée n’y échappe pas et s’épuise elle aussi à la refouler, au prix du symptôme. Sa passion tragique pour le manque chez l’Autre, s’originant dans la Mutterbindung et se compliquant d’une certaine Muttersehn- sucht l’engage dans un jeu infernal et mortifère de tricherie et d’opposition à la figure de « la femme ». Idéalisation et sublimation viennent au secours de cette tentation chronique à la déviance. Avec Freud, Lacan, Lantéri-Laura, Abelhauser et quelques autres, nous revisiterons cette « a-mère version » de la « père-version » dans son rapport à la mort, et ses incidences sur le transfert.

Claire GILLIE
33 rue du Faubourg-Montmartre
75009 Paris
06 71 21 04 54
gillie.claire@gmail.com

Le séminaire a lieu les seconds jeudis du mois à 20h45, les 12 octobre, 9 novembre, 14 décembre 2017,
11 janvier, 8 février, 8 mars, 12 avril, 10 mai, 14 juin 2018. 33 rue du Faubourg-Montmartre, 75009 Paris

Pour s’inscrire, me contacter (15 participants maximum)