Le discours du pervers à l'université de la jouissance

Gillie Claire

Désaveu et défi président à l’émergence ou au déclenchement de la perversion, imprimant une politique et un visage à la castration, et déterminant ainsi le destin pulsionnel du sujet et de sa relation à l’autre. Etre le supposé- savoir sur la jouissance de l’autre, c’est ce que soutient le pervers.

C’est tout le génie de Lacan d’avoir repositionné cette question de la perversion par rapport à l’autre et la jouissance de l’autre. Il s’élève contre le savoir établi jusque-là, faisant du pervers celui qui ne viserait que sa propre jouissance sans prendre en considération l’Autre. En lui supposant un désir qu’il n’a pas, le pervers veut provoquer la division de l’Autre par sa jouissance, déniant – ou n’ayant jamais compris ni envisagé – que cette division s’effectue par le signifiant. C’est pour cela qu’il le bâillonne, faisant dévier le lien à l’autre en tant que Discours.

Suivant l’opération palinodique appliquée au Discours du Maître par Lacan pour conceptualiser le Discours du capitaliste, nous avions les années précédentes fait émerger de notre travail sur le masochisme et sur le religieux un « Discours du masochiste » (palinodie du Discours de l’hystérique) et un « Discours du religieux » (palinodie du Discours de l’analyste). Nous nous essayerons cette année à conceptualiser un « Discours du pervers » comme palinodie du Discours de l’universitaire.

 

Claire GILLIE
33 rue du Faubourg Montmartre
75009, Paris
06 71 21 04 54
gillie.claire@gmail.com

 

Le séminaire a lieu les 4èmes jeudis du mois à 20h45,
les 27 septembre, 22 novembre, 13 décembre 2018,
24 janvier, 21 mars, 23 mai et 27 juin 2019.
33 rue du Faubourg Montmartre 75009 Paris


Pour s’inscrire, me contacter (15 participants maximum)