Sublimation et jouissance : Du symptôme à la culture

Assoun Paul-Laurent

Il y a un paradoxe porteur de la sublimation : accomplir, par la « désexualisation » et la « déviation du but sexuel », le comble de la pulsionnalité. Du « renoncement », elle extrait une jouissance sans pareille. Il suffit de considérer l’artiste, le religieux et le philosophe pour constater l’intensité de jouissance issue de la délocalisation pulsionnelle, via l’œuvre, le rituel et le savoir.

Un portrait métapsychologique de la sublimation révélera l’importance du Drang, de la poussée pulsionnelle, libérée des contraintes de l’objet. Mais l’œuvre montre que la liberté sublimatoire du moi narcissisé se paie à terme d’une poussée... de la pulsion de mort, qui prend opportunité de la désobjectalisation pour s’emparer de ce territoire déserté, l’artiste creusant sa tombe au moyen de son œuvre. Ce qui fait entendre la fameuse définition laca- nienne de l’opération sublimatoire comme « ce qui élève l’objet à la dignité de la Chose », « vacuole » ou rencontre de l’étrangeté du vide interne.

Cela permettra dans un second temps, en passant du processus de sublimation au sujet subli- mant, de la mettre à l’épreuve de la structure, via les ressources sublimatoires violemment contrastées de la névrose, de la psychose et de la perversion. Dialectique du symptôme et de l’opération sublimante, étayée sur des scénarios fantasmatiques, la dé-sublimation produisant de sublimes délires ou les « pseudo-sublimations » fétichisantes du pervers.

Enfin, la sublimation révèle son inavouable comme « perversion culturelle ». Cette « pous- sée vers le haut oblique » (sub-limatio) éclaire le Malaise dans la culture, dont elle est à la fois l’antidote et l’expression, aux confins de la destructivité et de la mise-en-œuvre.

Paul-Laurent ASSOUN
06 86 91 45 33 paullaurent.assoun@gmail.com

Le séminaire aura lieu le jeudi de 20h30 à 22h,
les 1ers et 3es jeudis à partir du 5 octobre,
puis les 19 octobre, 16 novembre, 7 décembre 2017 ; 18 janvier, 1er février, 15 février, 15 mars, 5 avril,
3 mai, 17 mai, 7 juin, 21 juin 2018.
12 rue de Bourgogne, 75007 Paris