Pour un accès renouvelé à la clinique psychanalytique

Bulat-Manenti, Gorana

Les changements qui bouleversent notre époque se reflètent –ils dans la pratique analytique ? La psychanalyse, bougera-t-elle pour survivre ou se laissera –t-elle emporter par des dogmatismes ennuyeux, faute d’un deuil des temps où le patriarcat régnait sans partage ? En s’inspirant des apports que l’univers artistique et de ses créations sensibles, la psychanalyse a tout intérêt à se renouveler afin de pouvoir procéder comme Freud et Lacan l’ont toujours fait, cas par cas. Car le divan freudien n’est pas un lit de Procuste, la psychanalyse n’est pas une technique dont les schémas peuvent s’appliquer de manière non dégrossie, elle demande une connaissance et un amour de l’inconscient et de ses possibles ouvertures pour autoriser la subjectivation. Loin de la froideur d’un psychanalyste distant et peu concerné par les tourments de son patient, l’acte analytique consiste à établir un lien humanisant pour les deux protagonistes. L’interprétation a sa place à reprendre, elle est clé de voute de la cure analytique.

Pour essayer d’avancer, nous allons examiner, à partir des moments cliniques, les questions du deuil et de la mélancolie dans leurs expressions spécifiques à notre temps. Nous allons travailler sur la culpabilité et ses différentes causes inconscientes, dont les insoupçonnables formes de répétition façonnent les symptômes de ceux qui viennent nous voir.

Gorana BULAT-MANENTI
Tél. : 06 81 40 61 72
gorana.manenti@icloud.com

Le séminaire a lieu le 3ème mardi du mois à 21h15, les 18 septembre, 16 octobre 2018
et les 15 janvier, 19 février, 16 avril et 21 mai 2019.
12 rue de Bourgogne 75007 Paris