Travail et psychanalyse, quelles articulations cliniques et théoriques, quelle place pour l'analyste ?

Deraedt Dominique, Houbron Jean-Luc

Ce qui pourrait se nommer « souffrance psycho-social » s’invite dans le cabinet de l’analyste comme motif de consultation ou comme composante d’une déploration. Dans les milieux de travail, sous différentes enseignes, des psychanalystes sont appelés à intervenir pour conduire des enquêtes, pour une régulation, pour une analyse des pratiques...  Et aussi au titre d’une consultation individuelle à plus ou moins long terme sous différentes modalités. Confrontés à la « novlangue » managériale, comment les salariés lorsqu’ils entament un « travail psychique » arrivent-ils à « se désincarcérer » de ce que l’on pourrait appeler : « une nouvelle barbarie psychique ? » Il est dit communément que « l’analysant travaille » quand il élabore, qu’il engage un « travail... psychique ». Qu’est-ce alors que travailler ? Nous nous interrogerons de nouveau cette année sur cette notion de travail dans ces différentes entrées, sur cette question du travail qui vient à s’imposer quand il devient insupportable, sur comment les psychanalystes s’y confrontent ?

Dominique DERAEDT                                                                         
148 rue Gervais Descauchereux 
60320 Béthisy St Martin
Tél. : 06 30 59 48 15
      

Jean-Luc HOUBRON 
 8 bd  Magenta 
75010 Paris                           
Tél. 01 42 09 26 038                                                                        

Cet enseignement aura lieu de 20h30 à 22h30,
les mardis 2 octobre, 6 novembre,  4 décembre  2018,
5 février, 2 avril, 7 mai et 4 juin 2019.
12 rue de Bourgogne 75007 Paris