Colloque "Une civilisation en souffrances - Fraternité et violence"

de 9 à 18 h 
Salle Duranti, 7 rue du Colonel Lieutenant Pélissier
31000 Toulouse

ARGUMENTAIRE :

Dans l’échange avec Einstein en juillet 1932, publié sous le titre Pourquoi la guerre ? Freud posait que la civilisation n’est concevable qu’au prix du renoncement des individus à une part de leurs pulsions les plus violentes. Dévier suffisamment, et non éliminer le penchant à l’agression, passera pour Freud par un « travail de culture », ce qu’il avait développé dans son ouvrage Malaise dans la culture, déposé chez l’éditeur en 1929, une semaine avant le fameux mardi noir de Wall Street. Lacan, en fin de son séminaire sur « L’Ethique » dans les années 1960, pense, de manière plus radicale, que nos sociétés occidentales sont vouées à la haine des individus frappés par la répression pulsionnelle. Le renoncement à la violence appelé par ces deux « pacifistes » Freud et Einstein, pour atteindre des buts politiques assurant la paix et le développement de la culture ne garantit aucune fidélité aux systèmes étatiques selon les critères du Droit. La complaisance à la guerre est une émanation de la pulsion de destruction et de l’absence de compensations pour les sacrifices que réclame la vie en société. Là où Freud oppose l’action dissolvante de la pulsion de mort à l’énergie des liaisons sous l’égide d’Eros, Lacan situe la pulsion de mort comme inhérente au symbolique et il en fait le ex nihilo d’où s’originent le langage et le sujet parlant.

Mais dans ce début du XXI° siècle, dans cette « civilisation de la haine » comme le prophétisait Lacan, nos sociétés sont aujourd’hui en crise avec une montée croissante de la haine et du ressentiment, crise liée à de nombreux symptômes tant psychiques, économiques que sociétaux, tels que les conflits de mémoire autour du passé colonial, le déni de l’altérité, les désordres écologiques accompagnant la mondialisation, la permanence des guerres au Moyen-Orient, les déplacements massifs de populations, le retour du fanatisme religieux. Des régressions culturelles sont en cours conduisant à de nouvelles formes de passions centrées sur les promesses de jouissance suscitées par la mort et la destruction.  La dévastation à l’œuvre porte atteinte à l’humanité tout entière, la « culture de mort » actuelle conduit à s’interroger sur le crépuscule d’un monde et les exigences nécessaires à la survie de l’espèce humaine

Comment penser ces crises et profondes mutations qui impliquent de nouvelles définitions de l’humain et de l’inhumain ? C’est ce que va tenter de  proposer cette journée de travail dans une ouverture à d’autres champs de la pensée, notamment la philosophie, la théologie et le droit.

COMITÉ SCIENTIFIQUE :  Jean-Michel HIRT, Dr Monique Lauret, Pr Gérard Pommier, Pr Alain Vanier

INTERVENANTS : Nicole ABECASSIS, Marielle DAVID, Roland GORI, Jean-Michel HIRT, Monique LAURET, Serge LESOURD, Tarek OUBROU, Gérard POMMIER, Alain VANIER.

DISCUTANTS : Gorana BULAT-MANENTI, Brigitte DOLLE-MONGLOND, Marc LANTIER, Kathy SAADA, Adrian VODOVOSOFF.

COMITÉ D’ORGANISATION : Dr Monique Lauret, Jean-Michel HIRT (Membre de l’APF)

Afin de faciliter l'organisation de cette manifestation et compte tenu du nombre de place limité, nous vous remercions de vous inscrire au préalable

►---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

BULLETIN D'INSCRIPTION JOURNÉE  1/12   :  De 9h à 18h

Inscriptions : Secrétariat Espace analytique, 12 rue de Bourgogne, 75007 Paris.                                
Frais de participation : 60 euros  la journée- 30 euros (Etudiants) – Tarif formation permanente : 120 euros

 Règlement : par chèque à l’ordre d’ Espace analytique   

Renseignements : lauretmonique@wanadoo.fr

Nom :…………………………………………………………………Prénom :    ………………………….

Adresse :    ………………………………………………………………N° de téléphone :    …..…………….

Adresse mail : ……………………………………………………………..

Programme

Samedi matin

• 9h00 : Accueil des participants

Ouverture : Monique LAURET

Présidente de séance : Brigitte DOLLE-MONGLOND (IV° Groupe)

  • 9h30-10h00 : Marielle DAVID : La fraternité et la mort
  • 10h00-10h30 : Jean-Michel HIRT (APF) : Le renoncement, une prouesse psychique
  • 10 h 30-11h : Roland GORI : La ctise des valeurs, fabrique des théofascismes

 • Pause

  • • 11h15-11h45 : Alain VANIER : Violence dans la fraternité
  • 11 h 45- 12 h15 Gérard POMMIER : Une guerre de religion masquée
  • 11h45-12h30 : Discussion :  Gorana BULAT-MANENTI, Kathy SAADA, Adrian VODOVOSOFF

Samedi après-midi

14h30 : Reprise :  Président de séance : Alain VANIER

  • 14h45-15h15 : Tarek OUBROU : De la violence de la pensée à l’action
  • 15h15-15h45 :  Nicole-Nikol ABECASSIS : La haine de la pensée

 • Pause

• 16h00-16h30 : Serge LESOURD : La liberté ou la mort
• 16h30-17h00 :  Monique LAURET : Sortir de la crise, une nécessaire transformation
• 17h00-17h30 : Discussion : Brigitte DOLLE-MONGLOND (IV° Groupe), Marc LANTIER (Ecole Freudienne)

CONCLUSIONS : ALAIN VANIER

 

Renseignements : lauretmonique@wanadoo.fr

Proposé par l'artiste Coriat : une projection de quelques œuvres tirées d'une série intitulée Sens-issue : plus de deux années de création continue autour de la question du crime contre l'humanité.