L'Esquisse

Colloque

Samedi 10 octobre 2015  de 14h30 à 18h30 Espace analytique, 12 rue de Bourgogne 75007 Paris

On s’accorde généralement à considérer que l’Entwurf ce travail princeps est séminal, au sens où il ouvre à des considérations qui seront reprises de façon féconde par la suite, s’agissant notamment des données constitutives d’un appareil psychique. Ce texte - sur lequel Freud n’est jamais revenu, et qu’il a refusé de voir publié quand ce fut devenu possible (bien plus tard) - pose ainsi des questions fondamentales qui empêchent de le considérer comme un écrit marginal qu’il faudrait abandonner à son sort d’impasse momentanée.

Loin d’être un avatar ponctuel des tâtonnements hésitants du premier Freud, l’Esquisse pourrait bien apparaître alors comme un écrit visionnaire, ouvrant à des questionnements toujours actuels quant au statut de la psychanalyse, en y intégrant même des considérations d’ampleur sur la vie et le vivant humain, où il est possible qui plus est de discerner les éléments fondateurs et anticipatoires d’une éthique. Autant dire que mettre aujourd’hui ce texte en perspective, loin de se réduire à un travail d’archive mémorial, est bien davantage le moyen de redessiner le sens de l’invention freudienne, dans ce qu’il en est advenu, et qui demeure opératoire.

Programme

Gérard Guillerault : Présentation générale
Frédéric de Rivoyre : Les premières lettres de Freud
Bernard Toboul : Les noms du réel dans le premier chapitre de la Traumdeutung
Érik Porge : De la chose à l’achose - perspectives sur la sublimation
Claude Noële Pickmann : Une esquisse du réel