Espace analytique est une association de formation psychanalytique et de recherches freudiennes, fondée en 1995 par Maud Mannoni avec un groupe de psychanalystes issus du CFRP, formés à l’enseignement de Jacques Lacan, Françoise Dolto ainsi que Maud et Octave Mannoni. Toute l’année s’y déroulent des enseignements et séminaires, chaque soir de la semaine ainsi que le samedi, et des colloques et journées d’études ont lieu régulièrement.

Éditorial, mai 2016

La psychanalyse et le fait religieux

Des journées d’Espace analytique qui feront date. Il était essentiel que nous fassions sur cette question majeure, d’une acuité et d’une difficulté extrême, plus qu’un point actuel, une authentique réflexion. Car il ne traverse pas seulement notre actualité, ce faix religieux qui avec son x ajouté par Lacan fait résonner ce que l’homme secrète autant qu’il le subit, mais aussi de part en part notre conceptualisation. Les approches successives ont suscité une attention passionnée et continue parce qu’elles visaient pour la plupart à saisir les ressorts véritables de ce qui est en question, loin des discours de l’opinion et du politique, selon des concepts propres et des chemins singuliers. Dans le vif de l’actuel, il s’agissait d’approcher tout d’abord l’événement à l’origine d’un certain effroi, sans le diluer dans des classifications hâtives et les équivalences approximatives de différentes radicalisations, de concevoir la surenchère de cette grimace surmoïque, qui a été appelée par l’un des organisateurs le surmusulman, de la saisir à partir d’un discours vrai et pertinent. Pour l’appréhender de la bonne façon il fallait cette notion essentielle du manque des Noms de Dieu, de celui qui a tous les noms et n’en a aucun, au contraire de l’idole, ce pourquoi il est imprononçable et ce pourquoi nous pouvons le traiter de tous les noms, aucun n’étant son nom propre et ne faisant nombre avec les autres par conséquent. Défaut des noms de Dieu auquel, de façon sommaire, l’événement islamiste répond, et face à quoi l’exaltation vide de la laïcité par les institutions occidentales est gravement insuffisante. Il fallait aussi prendre la mesure de cette dimension érotique de la parole qui est adressée au Dieu, qui en fait l’époux de ses fidèles, lorsqu’elle trouve aujourd’hui à se déchaîner dans ce qui a été appelé une sorte d’inceste avec Dieu. Quand de la même dimension érotique le savoir des mystiques s’emparait tout autrement dans leur rapport singulier à l’écriture qu’ils reçoivent comme à celle qu’ils effectuent et transmettent, reconnus par des institutions dont pourtant ils ne partageaient pas le langage. 

Lire la suite »